21 août

 

 

 

 

L’ÉPINE

 

 

 

 

Une semaine sans nouvelle de toi.                         

Du jour au lendemain,                                              

Le silence absolu.                                                  

De nouveau me voilà révolue.                                 

                                                                                                             

Qu’elle doit être belle,                                              

Pour engloutir dans ses yeux,

Les images et les rires de nos jeux ! 

                                                                                                    

Intelligente aussi,                                                   

Sensible et fine :                                                     

« Une femme parfaite »                                         

Que tu as conquise                                               

Et qui, assurée de Toi,                                           

S’épanouit à ton bras.

                                                                                                                            

J’imagine vos journées,

Au soleil alanguis

Charmés par les oiseaux,

La ville ou la nature,

Sa façon d’être là

Sur la plage du temps

Face à l’horizon

Eblouie par le bleu

« La femme du reste de ta vie »

 

Tu l’avais annoncé,

Et redis ce dimanche,

Où, allongés sur ton lit,

Pour mieux me déprendre,

Tu proposais, en guise de saignée,

De placer sous mes yeux

Vos photos, enlacés.

 

J’ai fui à l’anglaise,

Dédaignant le cactus,

Par lequel tu voulais,

 - Ironique substitut –

Signifier ton retrait,

Et compenser ma perte.

 

Je t’envie de savoir

Obturer tous les pores

Rendre étanches les cloisons

Et plonger sans remords

Du décolleté de l’une au visage de l’autre…

 

Je sais garder silence, j’ai appris ma leçon.

L’épine de ce matin me réveille du songe

Où ton sourire a cru… me donner la main.